Hafiline Blog

Accueil > Méli Mélo > l hurluberlu

l hurluberlu

vendredi 17 février 2017, par JH

Hurluberlu, une baliverne

L’hurluberlu éberlué ne savait plus où il en était, non plus d’ailleurs ce qu’il était et où il se trouvait,

Il venait de tomber dans un monde bombé qui se superposait sans adéquation à celui qu’il venait de quitter, ou plutôt qui mélangeait des lignes et des signes sur lesquels il achoppait, clopinait et tentait de retrouver un équilibre désormais interdit,

le langage tanguait , Des paravents invisibles auparavant masquaient des théâtres d’ombres, il y cherchait des interstices , des entailles où ses entrailles pourraient se dénouer, et où des friches encore vierges pourraient accueillir des chiffres et des plantes exterminatrices de plaintes privées de pleureuses assermentées,

Il était perdu, pendu à ses réminiscences agonisantes : « il est bien difficile en tant qu’humain de s’accrocher à sa pensée » (comme le lierre et ses ventouses) Il avait oublié qui avait dit ça, Mallarmé peut-être, ce mal armé pour la vie qui s’accrochait à sa fille pour contourner le suicide ? Pourquoi ne pas résister ? Les lettres n’étaient que des symboles interchangeables à l’infini au service de mots condamnés à mort dans des futurs où les humains auront disparu, autant jouer avec eux, ces évanescents,

Des raisonnements résonnaient, des flocons maltais tentaient de les égratigner en écoutant des allegro de grillons, Il en voulait encore à la Callas d’avoir fait tuer les cigales à Epidaure pour accepter d’y chanter, Il en voulait aux édiles d’avoir accepté ce diktat imbécile, qui avait privé la nature de chants dévoilements de vérités à jamais dévoyés, Eteindre la poésie pour étreindre le gain, le grain de la voracité,

Bon, sortir des interstices et engager des actions subreptices, déstabiliser les tangages du langage, frelater des babillements, relater des faits nus, Il est vrai que ce monde absurdement nouveau qu’il tentait de dépiauter pour y trouver une place ressemblait fort à celui qu’il avait crû quitter, Des nourrices philippines y étaient forcées de confier leurs enfants à leurs mères pour aller s’occuper, à l’ouest, des enfants des autres, dans la capitale le beau temps calme voulait dire pollution de l’air noyé de particules, de ces particules si fines qu’elles iraient coloniser d’autres lieux sans que rien soit fait pour les piéger avant qu’elles se manifestent sous d’étranges maladies que les médecins auraient la joie de débusquer, avant de recevoir des prix Nobel, Il y avait aussi ces aigles pris au nid, privés de réelle maternité, et à qui on apprenait, en dévoyant leurs instincts, à attraper des drones,

L’univers est-il pavé de bonnes ou de mauvaises intentions ? Des pièges à convictions n’arrêtaient pas de lui proposer des fioles de folies, des amis proches inventaient des anicroches pour le faire broncher sur des phrases démesurées, pantagruéliques, qui reflétaient bien cette cécité civile qui interdisait à la population de s’informer pour de bon et de réfléchir, sauf dans des media non enchaînés (mais quasiment impuissants) au néolibéralisme tout puissant qui gonflait, gonflait, entraînant inéluctablement la rampante corruption dans ce gonflement qui arrivait parfois à s’éclater, mais pour mieux se recomposer dans l’ombre des supposés maîtres de la finance,

Bon, il était temps de s’arrêter et de dormir pour ne pas sombrer à son tour dans cet abîme brouilleur de crûs et de cris où il risquait de se faire dévorer (décorer ?) tout cru, Il fallait laisser le langage se décanter pour en tirer plus tard , qui sait, les origines d’une renaissance pour lui ou ses descendants,

Pour l’instant, rejoindre les créateurs de beauté, Emilie Dikinson pour ses poèmes, Vivian Meier pour ses photographies, et ignorer avec elles, deux femmes, les diktat de la célébrité,

,

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.