Accueil > Méli Mélo > ATELIER DU BROUHAHA

ATELIER DU BROUHAHA

vendredi 21 avril 2017

L’ATELIER DU BROUHAHA

Si vous vous rappelez mon texte sur Albine, la chatte √©caille de tortue de mes amis des Yvelines, je vous faisais part de la propension de cette chatte, quand elle regagnait ses p√©nates apr√®s ses chasses d’oiseaux et de mulots, √ s’installer √ toute heure de la journ√©e et de la nuit dans mes draps , sur mes pulls ou ma veste, manifestant ainsi son attachement sentimental √ ma personne pensais-je

Il me fallut d√©chanter lors d’une visite √ une autre amie, quand son chat angora , qui venait de quitter la table sur laquelle il me faisait face et semblait susciter mes caresses, partit s’installer sur mon gilet abandonn√© dans un fauteuil,

Il convenait de r√©viser mes intuitions d√©lirantes, Les chats aiment mon odeur, exempte de tout parfum (comme Montaigne aime les femmes) tout simplement, et de moi, ils ne s’amourachent gu√®re, Ce qui ne m’emp√™che pas de me sentir encore plus proche, sinon parente de cette engeance qui me fascine et me fait des signes lorsque je la rejoins dans la rue, tol√©rant des caresses dont je ne suis jamais avare ,

Cette intimit√© avec les chats je retrouve son essence quand je joue dans le jardin avec Salom√©, trois ans et demi, ou quand nous √©changeons, dans nos assiettes, des bouts de nourriture contre un beau morceau de gigot Nous sommes du m√™me bord, du m√™me √Ęge, nous inventons des cachettes o√Ļ nous nous √©gratignons aux buissons, les parents ont disparu de notre vue, confits au tr√®s loin dans leur bonheur b√©at de ¬« ¬ poss√©der¬ ¬ » un tel tr√©sor de petite fille,

Il m’est difficile, apr√®s ces r√©cr√©ations rares, de retrouver une r√©alit√© qui n’en est plus une, mais un simulacre de r√©alit√© grossi√®re, par exemple sur les march√©s de plus en plus envahis de l√©gumes et fruits insipides parce qu’on les a forc√©s √ pousser dans des terres √©trang√®res., Le paradoxe est, √ la mesure de l’inflation de la globalisation (√ ne pas confondre avec la mondialisation) les fruits et les l√©gumes ont grossi en proportion, De plus en plus difficile de trouver, sur ces march√©s pourtant destin√©s √ promouvoir les produits locaux, march√©s qui d’ailleurs me semblent mourir peu √ peu, des salades ou des oignons nouveaux blancs qui ne soient pas monstrueusement gros, Il n’y a plus non plus les herbes aromatiques telles l’estragon, Et si on ne dispose pas d’un jardinet ou d’un balcon, il faut faire son deuil de ces succulents ingr√©dients qu’on ne trouve plus que dans des magasins sp√©cialis√©s le plus souvent √©loign√©s des quartiers populaires des centres-villes, et qui eux aussi vont dispara√ģtre au profit d’une ¬« ¬ gentrification¬ ¬ » sournoise, Enfin ne m’y retrouve plus, devenant √©trang√®re sur ma terre natale, la plan√®te,,

Pas plus d’ailleurs que je me retrouve dans ce cirque de campagne √©lectorale ou la r√©alit√©, enfin celle o√Ļ je me retrouve, a semble-t-il fondu, ou s’est √©clips√©e pour laisser la place √ une ventrification de non-sens, une grandiloquence d’absurdit√©s qui risquent de conduire le genre humain √ son terme, La terre trouvera-t-elle assez de ressources pour r√©sister √ sa destruction programm√©e par des √™tres inconscients, sourds, idiots, avides , acharn√©s √ se cramponner √ leurs d√©risoires possessions¬ ?

Je vote utile pour les quatre tulipes mauves qui se sont install√©es pr√®s de la glycine qui s’enroule sur les √©glantiers, Je vote utile pour l’inattendue bouill√©e de tr√®fle dont les fleurs d’un rose √©panoui √©clatent soudain de douceur, je vote utile pour l’abricotier √©corch√© qui s’obstine √ me donner de rares fruits savoureux, pour le figuier monumental dont je qu√©mande la force quand je l’enlace, pour le rosier ancien dont une racine √©chapp√©e √ l’√©radication s’est m√©tamorphos√©e en buisson √ l’ardente floraison,

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0