Accueil > Au jour... > KLEMPERER

KLEMPERER

mardi 27 juin 2017, par JH

Les media nous ont « habitués » au spectacle déchirant des immigrés de tous les continents qui tentent de rejoindre, en risquant leur vie, notre eldorado : l’Europe,

Cette Europe à défendre d’une invasion mythique que les défenseurs des droits de l’humain et tous les autres, parmi lesquels les journalistes de tous bords , baptisent « l’Europe forteresse »

Or, je suis en train de lire « La Langue du Troisième Reich » (LTI, c’est-à-dire en latin Linguae Tertii Imperii ) de Victor Klemperer, philologue allemand, juif , qui avait perdu son poste de professeur sous Hitler et employait ses loisirs forcés et douloureux à analyser la propagande écrite nazie  ; à la lecture ,donc, de son ouvrage devenu référence universelle, je découvre, au chapitre 24 intitulé « Café Europe » l’expression Europe forteresse, Je cite :

 « d’un point de vue lexical et conceptuel, l’expression la plus déterminante pour la LTI , c’est la « forteresse Europe »

Cette expression se réfère au vœu des nazis, une fois abandonné le projet d’envahir la
Grande Bretagne, et conscients de leur fragilité assumée en face de l’Union Soviétique, de protéger leur « Europe », voulue gérée par un nouveau Saint Empire Germanique , de la décomposition en marche, et de la barder de barrières, Mes recherches maladroites sur Face Book ne m’ont pas permis de trouver une autre origine (si elle existe) à cette expression,

Ce n’est pas par hasard, à mon sens, si elle surgit dans notre horizon, Nous voyons s’ériger partout en Europe des murs, des palissades, des barbelés contre la supposée invasion de nos semblables, trop souvent affublés de signes physiques affirmés distinctifs, et qui nous incitent, à notre grand dam, à nous croire supérieurs, sur notre continent et sur tous les autres, et à repousser ces « envahisseurs » vers un futur dont nous n’avons cure, Il y a peu ces envahisseurs juifs avaient disparu, raflés par les nazis, et ne pouvaient plus être les destinataires de la lettre que la factrice leur apportait et puis rapportait au bureau avec la mention enphémique et horrible : Destinataire émigré,

Du point de vue lexical et conceptuel, et en miroir de l’expression nazie, que signifie pour nous « forteresse Europe » sinon un rétrécissement, un rabougrissement de notre conception de l’humanité avec tous les dangers pour l’espèce que cela implique, jusqu’à décider (ou souhaiter) l’anéantissement de nos semblables décrétés impropres à la survie, il convient sans doute de se poser la question,

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0