Accueil > Au jour... > LUCIOLE

LUCIOLE

samedi 22 juillet 2017

LUCIOLE

Je la regarde se déshabiller pour revêtir sa tenue de peintre d’intérieur Elle vient repeindre mon salon et gagner ainsi une somme substantielle qui va combler un manque cruel de revenus pour la nourrir elle et ses deux filles Sa situation s’était détériorée il y a plusieurs années lorsque le gouvernement français a annulé les autorisations de séjour des étrangers, les privant ainsi du droit de travailler Depuis six ans, Luciole a de nouveau un permis de séjour, mais le travail se fait rare

Je regarde son corps plantureux d’africaine noire, à la peau lisse à mon toucher, que la vaste cicatrice sur sa poitrine n’arrive pas à enlaidir Elle est arrivée en France pour une opération à coeur ouvert, prise en charge par un couple français de passage dans son village, l’expatriant d’urgence et la sauvant d’une mort programmée Elle est là pour une surveillance constante

J’ai ainsi découvert Luciole et ses danses tchadiennes dans un théâtre de Montlouis, Début d’une amitié intermittente, cahotante, nourrie avec parcimonie de mes réticences à m’engager plus avant dans une relation que je craignais trop lourde, envahissante Le séjour de trois mois d’une mauritanienne sur mon territoire aurait pourtant dû me guérir de cet égoïsme tenace qui avait résisté à plusieurs séjours en Afrique et en Asie pendant le temps de ma vie active, Mais non Des valeurs vénales collaient à ma peau Une cohabitation d’une semaine pour cause de blanchiment de murs en vient à bout à mon entrée dans l’âge qu’on dit grand Il était grand temps La solidarité, la générosité, dont j’avais cru donner des preuves indéniables jusqu’alors, me parurent dérisoires en comparaison avec celles de Luciole, aussi vastes que sa cicatrice, et tournées vers l’autrui absolu

La mère de Luciole a perdu sa première fille, et deux garçons sont nés, Enfin Luciole tant attendue est arrivée , dont le nom signifie en patois africain : j’ai trouvé mon corps La mère de Luciole s’appelle : la mort n’a pas de pitié et son père : la urichesse suffIt au roi Insolite cohabitation du langage tribal avec celui de la religion catholique qui a donné aussi un nom d’occident aux chrétiens en minorité dans le pays musulman tchadien

J’explore mes propres carences avec Luciole la lumineuse, Je reçois les éclats de rires de cet être dont j’envie les certitudes nourries de religion, moi la pétrie d’angoisses qui claudique à la surface d’un globe glissant qui me fait déraper et me cogner à cette belle danseuse dont j’absorbe les leçons Elle n’est pas consciente de son pouvoir sur moi la cultivée, la férue de pierres des champs sculptées par la nature et ramassées, accumulées dans des paniers la négligente du ménage, l’intellectuelle qui écrit des articles qu’elle ne lira jamais

Que vais-je faire de ce nouveau savoir qui me fait buter sur les pierres aigües de mes connaissances ? Luciole est là peut-être pour engendrer une reconstruction inattendue

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0