Accueil > Au jour... > MARQUE PAGES

MARQUE PAGES

mercredi 9 août 2017

MARQUE PAGES
un dérisoire divertissement
,

Deux cents √ßa suffit, j’arr√™te ma collection de marque-pages,

L’imagination de leurs concepteurs m’impressionne,sinon me fascine Je les touche pour sentir les √©paisseurs du carton (j’aime palper¬ : les sensations tactiles me sont indispensables pour sentir le poids du monde), je les √©tale pour observer des formats et des proportions multiples qui ob√©issent √ des r√®gles cach√©es ou myst√©rieuses, les illustrations √©clatent en couleurs servantes des d√©sirs de dessinateurs v√©naux ou inspir√©s par un art pur de tout calcul

La futilit√© de ma rage d’entasser m’appara√ģt enfin et je viens de mettre un terme √ mon addiction

Pourtant ils jouent leur r√īle lorsque je les manipule¬ : parce qu’il faut dire que je les choisis soigneusement, colifichets ou bijoux pr√©cieux, en les ins√©rant dans les livres , parce que Dosto√Įevski m√©rite une avalanche de tons et de soubresauts de lignes frisant l’exc√®s et pour Michel Foucault il me faut s√©lectionner une simple barre longiligne exempte de ces couleurs qui pourraient susciter les √©chapp√©es du lecteur hors des codex magistraux et emprisonneurs d’attentions studieuses Pour les romans policiers, C’est plus facile, tout convient selon mon humeur du moment,

Bon, je laisse pour l’instant les marque-pages accumul√©s, entass√©s, prisonniers, √©touff√©s, sur une √©tag√®re indiff√©rente √ leur richesse terr√©e, et je vais respirer les senteurs du jardin qui rena√ģt sous la pluie

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0