Accueil > SDF...

SDF...

Dernier ajout : 10 décembre 2008.

Articles de cette rubrique

  • LE MARIN

    10 décembre 2008, par JH

    Il pleure dans son costume de marin droit sortie de ses rêves d’enfant prématuré.
    "Ma mère m’a fait rater ma carrière dans la Marine"
    De sa famille, de sa vie, je glane, entre les postillons de sa bouche édentée, quelques repères éparpillés, sa grand-mère qui l’a élevé, sa soeur qui a eu cinq amants, son séjour en hôpital psychiatrique.
    Un accident de semi-remorque l’a laissé avec une cheville cassée, il a deux broches au péroné et une "embrochure" à (...)

  • Père JEAN

    1er octobre 2008, par JH

    Père Jean le trachéo, la soixantaine, arrive avec sa maison ambulante, caisson sur roues trimbalant tous ses avoirs.
    J’arrive à comprendre son humour à travers le filtre de son appareillage dans la gorge qui déforme les sons, opacifie les mots rauques et désordonnés.
    Rituel : sortir de ses poches les bonbons qu’il nous distribue à chaque rencontre, et les billets de 10 euros qu’il s’obstine en vain à nous faire accepter.
    Aujourd’hui un homme bien habillé (...)

  • BOBO

    17 mai 2008, par JH

    Bobo - celui qui, d’après Jean-Pierre, souffre d’"incontenance" et hier dans la nuit au foyer a pissé dans le seau de Dédé qui y avait mis à tremper ses chaussettes - m’embrasse pour mon anniversaire et me trouve inexplicablement très belle.
    Il a bu plus que de coutume, la coutume étant de boire à l’excès pour affronter les rigueurs probables de la rue qui le tolère.
    Bobo est près de la retraite, se raconte, et je le crois "avec méfiance" sur les conseils (...)

  • DOMITIEN

    29 avril 2008, par JH

    Il s’agit naturellement de la retranscription d’un discours dont l’imaginaire a avalé la réalité

  • BASILE futur mannequin

    9 janvier 2008, par JH

    "Alors toi, maintenant quand tu m’appelles, tu m’appelles Monsieur !
    Ce "Monsieur" proclamé exige non seulement le respect, mais propulse instantanément le terme au coeur de son sens premier, gorgé d’aristocratie ou de royauté.
    Et c’est bien ce que veut exprimer Basile quand il parle de ce "Monsieur de la Rue" qu’il a rencontré et avec lequel il a conversé il n’y a guère. Basile sorti de cette rue qui l’avait absorbé en dix ans, lui offrant ses (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0